archives

les précédentes éditions


Emergence sonore

City Sonics

Marie de GaulejacJulien PoidevinKozik
Jardin du Mayeur
Derrière l'Hôtel de Ville

Afin de développer la jeune création sonore et dans un souci d’émulation, City Sonics reconduit les émergences sonores. Cette initiative présente une sélection de projets d’étudiants d’écoles de la Communauté de Wallonie-Bruxelles (ESAPV Mons, ENSAV La Cambre de Bruxelles) et françaises (ENBA Bourges, ENSBA Lyon, Le Studio des Arts Contemporains Le Fresnoy de Tourcoing). Ces étudiants/artistes issus de différentes options mais tous passionnés par le matériau son sont suivis par leurs responsables enseignants, les techniciens, et les organisateurs de City Sonics afin d’exposer pendant la manifestation leurs oeuvres et se confronter par là aux autres artistes, publics et partenaires.

Julien Poidevin (FR) : Vibrating Body
Julien Poidevin propose une installation vidéo audio/tactile complétée par une expérience synesthésique. Le spectateur est allongé. À même le corps et à l’intérieur d’un matelas sont disposés des haut-parleurs/vibreurs qui massent, stimulent, chatouillent le spectateur. Les sons ne sont pas audibles de l’extérieur, les vibrations arrivent jusqu’à l’oreille interne en se propageant à travers les os et la chair. La vidéo est synchronisée au son, révélant ainsi un corps multiple, mouvant, en devenir.
Production City Sonics en partenariat avec l’ESAPV Mons

Marie de Gaulejac (FR) : Conditionnement sonore  
Cette jeune artiste travaille sur les objets et leurs détournements sonores. Autour du thème du conditionnement sonore, elle présente deux installations qui traitent du pouvoir du son. Premier objet sonore de cette installation, LRAD emprunte son nom à une arme sonore utilisée par la police américaine. Présentée avec une vidéo silencieuse, cette arme vient lutter contre le mouvement de masse en diffusant une masse sonore de plus de 150dB. Trouble fête met en scène un pupitre qui est ici détourné dans une installation «larsénique», posant la question du discours dont il est l’archétype. Qui prend la parole? Comment? Est-il possible à un moment de venir faire interférence ?
Production ENSBA Lyon avec le soutien de City Sonics

Stéphane Kozik (FR) : Des oreilles pour voir! 
L’installation Des oreilles pour voir! consiste en un parcours sensoriel. Grâce à un système de capteurs et d’un casque sans fil, le visiteur est libre, au fil de ses pas, de ralentir, accélérer, s’arrêter, étudier l’environnement qui l’entoure, reprendre sa route. Chacun peut se faire son propre suspens, son propre film ; du cinéma pour les oreilles. Evoluer comme dans un rêve d’un endroit à l’autre. Le randoneur acoustique(phonique) ne sait pas toujours où il met les pieds!
Production City Sonics avec le soutien de l’ESAPV Mons

Hélène Baucy (BE) : Als de kippen tanden hebben, ce seront deux mains sur un ventre 
"Un homme et une femme néerlandophones égrènent des expressions néerlandophones traduites littéralement en français et, simultanément, deux francophones enchaînent des expressions francophones traduites en néerlandais.
Ils énumèrent inlassablement des phrases “zonder staart zonder hoofd” dans une langue qu’ils ne maîtrisent pas mais qu’ils apprivoisent. Ils s’appliquent mais écorchent, nous confrontent en même temps à la fragilité et à la richesse d’une langue. Ils s’approprient un langage. Tendez votre troisième oreille... Entendez-vous cette langue réinventée?"
Production ENSAV La Cambre avec le soutien de City Sonics

Sylvain Daval (FR) : Ouvre-Boîte
Avec l’installation interactive Ouvre-boîte, Sylvain Daval, étudiant sortant de l’Ecole d’Art de Bourges, se joue des codes des boîtes de nuits et autres endroits festifs dans lesquels les lumières dialoguent avec les musiques et nos fantasmes. Interactions détournées, amplifiées ou neutralisées, à la surprise du visiteur…
Production: ENSAB Bourges