margarida-guia_mosaic

Margarida Guia : le verbe et l’enveloppe

Margarida Guia vient du théâtre ; elle a onze ans lorsqu’elle monte pour la première fois sur scène comme comédienne. La danse, elle l’a pratiquée de ses 6 à ses 16 ans. Depuis une quinzaine d’années, elle donne des ateliers autour de la lecture à voix haute.

En 2000, un ami lui a construit une sorte de bibliothèque ambulante afin de se déplacer avec ses livres. Rapidement, cette bibliothèque est devenue bien plus qu’un objet pratique, c’était une forme artistique ambulante qui lui permettait de créer un espace poétique au milieu de la cité :  » je lis et je chante accompagnée d’accessoires : métronome, mélodica, cloches, boîte à musique… (au bord du Danube ou du Tage, dans un tabac presse, à l’entrée d’une gare, dans un tramway, dans une salle d’attente…).  J’ai mis en place une autre forme ambulante  « La dinette « .  J’invite le public à s’asseoir à ma table muni de casques audio pour une traversée audio-poétique. J’ai commencé à improviser à la voix il y a une dizaine d’années avec des musiciens issus du free jazz et de la musique improvisée. J’ai par la suite créé une forme concert “solo”, un espace d’expérimentation dans lequel je revisite à chaque fois l’espace sonore et l’espace du verbe en mêlant enregistrements, compositions et textes« .

 

 

Progressivement, Margarida a commencé à répondre à des commandes, en tant que créatrice sonore, pour d’autres artistes. A force de lire à haute voix, elle s’est également mise à écrire, parce qu’il y a des rythmes qu’elle recherchait, qu’elle entendait et qu’elle voulait restituer dans la forme solo ou au sein de ses ateliers. Il arrive qu’on l’invite comme metteur en scène aussi, comme c’est le cas en ce moment avec le Centro Mario Dionisio / Casa da Achada, à Lisbonne, qui l’a conviée à mettre en scène un choeur de voix parlées, sur un texte de Regina Guimaraes (et en collaboration avec le pianiste et compositeur portugais Joao Paulo Esteves da Silva).

 

 

Transcultures : Comment définirais-tu ta recherche en tant qu’artiste sonore ?

Margarida Guia : En tant qu’artiste sonore, ce sont des paysages que je propose. Des espaces, des intervalles, des traversées, des souffles, des parenthèses, des liaisons avec lesquelles l’auditeur le spectateur peut s’aventurer vers lui-même, vers ce qui le touche davantage et il est le seul à le savoir. Ma démarche artistique a toujours été associée à mes rencontres avec différents publics. Les ateliers que je mène depuis 15 ans ont évolué au fur et à mesure de mes expériences en tant qu’interprète ou en tant que créatrice. Aujourd’hui, je propose dans mes ateliers différentes approches de la parole (théâtre, lecture à haute voix, poésie sonore, ou composition sonore. 

J’ai eu l’occasion de collaborer avec différents artistes (écrivains, musiciens, plasticiens, réalisateurs, chorégraphes, metteurs en scène) qui m’ont conduit à déployer la dimension sonore et “plastique” de la voix, à puiser dans le quotidien la matière sonore pour mes créations. Je mixe des sources sonores diverses (voix, archives, presse, ambiances urbaines…) que je manipule transforme détourne jouant de l’absence de la juxtaposition du mouvement de la fluidité du chaos du silence. Ces créations sonores sont toujours empruntes d’une dimension poétique et universelle, du moins c’est ce que je recherche.

Dans mes créations, il y a le verbe et l’enveloppe de celui-ci. Ce qui m’importe, selon les projets, c’est de donner à entendre la langue d’un poète ou de faire entendre la plasticité d’un mot, de faire résonner l’indicible, de donner corps à un espace vacant, de faire entendre “les voix” et celles pour lesquelles je veux “oeuvrer” sont bien celles de ceux qui ne sont pas familiers avec l’expression artistique. Je cherche à recréer des espaces qui permettent de retrouver un langage possible et de valoriser le citoyen quel qu’il soit. Ce qui m’est essentiel aujourd’hui, c’est de m’intégrer dans des collaborations et des projets afin de participer à un déployement artistique.

 

 

Transcultures : Comment te décrirais-tu en tant que chanteuse ?

Comme je l’ai évoqué, j’ai commencé à improviser avec ma voix il y a une dizaine d’années aux côtés de musiciens et c’est avec eux que j’ai appris à écouter, et c’est avec eux que j’ai commencé à déployer le mot par le chant et l’improvisation vocale. Je trouvais là la liberté idéale pour suspendre glisser ancrer scander les mots dans “la partition” qui se jouait. Cette découverte du champ de la voix, m’a conduite directement au son, au sonore, à l’enveloppe du verbe, à ce qui pouvait être perceptible au delà des mots.

Transcultures : Quand t’es-tu mises à composer ?

Margarida Guia : Le projet « Percept » de Thomas Israel et Jacques Urbanska (co-produit par Transcultures) a été décisif dans mon parcours de créatrice sonore.  C’est la première fois que je répondais à une commande pour la scène. Je me suis donc retrouvée à composer. Nous avons présenté « Percept » dans les cadres de la Nuit Blanche Paris et ensuite aux Rencontres Professionelles du Festival des Bains numériques, produit par le Centre des Arts d’Enghien-les-Bains.

A cette dernière occasion, j’ai été conviée à réaliser la création sonore pour un autre projet de danse et pour une pièce de théâtre… puis les commandes sonores se sont multipliées (danse, théâtre, radio,installations multimédias, cinéma…). L’expérience de création sonore pour l’image m’a obligée à me familiariser avec des logiciels et à me passionner autrement pour le son. Cela m’a permis de déployer d’autres idées de la matière sonore et de trouver les sons que je recherchais ou de me rapprocher de ces sons que j’entendais.

L’obtention cette année de la bourse “Brouillon d’un rêve sonore” de la SCAM (Société civile des auteurs multimédia) me permet de consacrer du temps à un projet qui me tient à coeur. Il s’agit d’un projet sur la surdité – « Dialogue avec l’Inaudible » -, un sujet que je souhaite faire écouter. Cette pièce serait véhiculée par l’idée que de créer de la matière sonore est une autre manière pour moi d’écouter et de mettre en scène mes perceptions auditives. Il s’agirait d’une sorte de déambulation interne de l’Oreille.

Toujours en terme d’envies artistiques, diriger un choeur de voix est un projet que je souhaiterais continuer à développer. Les ateliers me permettent certes d’expérimenter des partitions vocales, mais j’aimerais pouvoir élaborer ces partitions au sein de groupes intéressés par ce type de projets (comme c’est le cas en ce moment à Lisbonne au Centro Mario Dionisio.

Transcultures : Pourrais-tu nous parler du projet « Handic du Carrosse » que tu as réalisé en collaboration avec Transcultures et le manège.mons -dans le cadre de la plate-forme pour les musiques innovantes Espace(s) Son(s) Hainaut(s) – et le Carosse à Mons ?

Margarida Guia : « Le Carrosse » est un foyer de résidents à Mons présentant un handicap mental léger ou modéré. Je suis intervenue en moyenne deux fois par mois depuis un an environ avec une dizaine de résidents à chaque fois. Au fil de ces rencontres, j’ai fait en sorte d’instaurer, par le biais de la poésie, un dialogue entre les résidents et un dialogue avec la poésie elle-même. Il s’agissait de leur donner à chacun un autre espace de parole où ce temps de parole ne leur serait pas compté et où l’écoute des uns et des autres serait la clef maîtresse de cet atelier. Un espace “protégé” où chacun peut prêter sa voix et prendre le temps nécessaire pour dire.

Le poème “Déjeuner du matin” de Jacques Prévert est un texte que j’aime intégrer dans mes ateliers quel que soit le public. “Il a mis le café dans la tasse / il a mis le lait dans la tasse de café / il a mis le sucre dans le café au lait / avec la petite cuiller il a tourné (…) “. Facile à mémoriser et à “voir”, ce poème a été la base de mon atelier avec “les voix du Carosse” permettant d’ouvrir plusieurs champs d’expression possibles et permettant une certaine écriture sonore composée par le verbe du poème et la parole libre des participants; une écriture témoin par conséquent de la parole des uns et des autres et d’un état des lieux. L’objectif de chaque atelier était l’ici et maintenant. Je laissais l’ouverture possible à une quelconque expression. Si l’un rebondissait de Prévert à une fable de la Fontaine, je laissais le corbeau et le renard battre la mesure des souvenirs des uns et des autres. Si l’un entonnait “Aux Champs Elysées” de Joe Dassin au détour d’une pause, je laissais le reste du groupe se joindre à lui et j’activais mon micro. Une fois avoir instauré ce dialogue libre entre nous, j’ai commencé à enregistrer quelques moments de nos ateliers tout en invitant certains à prendre enregistreur, micro, casque ainsi devenais-je l’assistante de ces apprentis preneurs de son.

En donnant cet atelier à ce public singulier, je devais accepter l’imprévisible, la capacité physique et l’humeur des uns et des autres selon les jours. Laisser les pleurs s’exprimer lorsqu’ils jaillissaient d’un souffle. Etre prête à recevoir toute sorte de réaction. Je m’imposais de ne pas rechercher un résultat mais de dérouler progressivement lentement patiemment une bobine de fil qui était leur voix. Parfois, un nouveau résident arrivait et n’avait pas l’expérience des ateliers précédents, il me fallait donc l’inviter le mieux possible à rejoindre le groupe et poursuivre au mieux ce que nous avions commencé de mettre en place. Chaque atelier a été un champ d’expérimentation où j’étais moi-même en quelque sorte en apprentissage et j’apprenais à chaque fois un peu plus sur la blessure, l’isolement que peut générer la société, le regard de l’autre sur une personne présentant un certain handicap.

Le futur des ces ateliers? Continuer à dérouler la bobine de leur voix patiemment sûrement et les conduire plus avant dans l’expression artistique. Je pourrais envisager de mettre en scène une partition vocale donnée par les participants eux-mêmes et qui serait destinée à une restitution publique mais au jour d’aujourd’hui, ils ne sont pas prêts à une telle exposition.  Une de mes envies serait de mélanger exceptionnellement le public des ateliers et qu’une rencontre soit possible entre les uns et les autres et que la voix, le verbe, la particularité des uns et des autres servent à un projet commun. Pour l’instant, je souhaite poursuivre les enregistrements lors de mes ateliers pour recueillir le plus de matériau possible en vue d’une installation sonore plus élaborée.

Transcultures : Comment vas-tu présenter ce projet à City Sonic 2013 ?

Margarida Guia : Ce qui sera présenté au festival City Sonic cette année à Mons, est le fruit de quelques enregistrements que j’ai pu faire au cours des dernières sessions. C’est une pièce sonore composée à partir de cette matière recueillie. A City Sonic 2012, j’ai présenté mon “solo” dans le cadre de la « Sonic Garden Party », dans un joli jardin privé de la rue des Compagnons à Mons, les résidents du Carrosse étaient présents. Suite à ce solo, ces ateliers ont été mis en place. J’ai toujours recherché les correspondances entre mes ateliers et ma pratique artistique, en aucun cas mon activité artistique pourrait être dissociée du quotidien. Et ces ateliers en sont le trait d’union. La pièce que vous pourrez entendre simplement assis sur une chaise via un casque audio s’intitule “Déjeuner du matin”. Nous vous invitons quelques minutes à nous rejoindre pour goûter ces déjeuners du mardi matin agrémenté d’une parole libre,  du poème de Prévert, de l’air de Joe Dassin ou d’un autre air “rêvé” par un résident lui-même accompagné à la guitare par l’un des éducateurs…  Etant donnés quatre murs, que se passe-t-il à l’intérieur?

Transcultures : Tu as travaillé avec énormément d’artistes issus d’horizons différents (de Serge Tessot Gay, ex guitariste de Noir Désir à récemment la plasticienne/vidéaste Natalia de Mello)  et sur de nombreux projets, pourrais-tu me parler d’une expérience professionnelle ou d’un projet personnel que tu as envie de partager ?

Margarida Guia : Les projets sont divers selon les artistes avec lesquels je collabore et sont tout aussi passionnants. Je prendrai pour cet article l’expérience de ma collaboration avec l’artiste Natalia de Mello dont Transcultures est à l’initiative. A leur demande, nous avons présenté, dans le cadre des Transnomades 2012, la performance audio-visuelle “Lagutrop / Correspondances et paysages de l’envers” en lien avec le Portugal (dont nous sommes toutes deux originaires)

Suite à cette première collaboration, Natalia m’a conviée à réaliser la création sonore de plusieurs installations dans le cadre de Penser le futur, cultivez votre étrangeté, qui a été présenté en février dernier à la Maison folie de Mons. J’ai pu, à cette occasion, rencontrer différents publics montois, notamment le groupe de l’atelier d’écriture “Le Club de l’étrange” que j’ai enregistré pour une des pièces de l’exposition comme j’ai pu profiter d’une résidence à la Maison Folie de Mons encadrée par une équipe exceptionnelle que j’ai également enregistrée pour l’une de ces installations. Riche de cette expérience et parce qu’il était important de faire le lien avec les locaux du Manège, j’ai souhaité que le dernier atelier avec les résidents du Carosse, ait lieu à la Maison Folie de Mons et qu’ils découvrent et profitent de l’espace. Je savais que l’accueil allait être des plus chaleureux et propice à une dernière séance d’enregistrements. Ces correspondances entre différents projets contribue à ce déploiement artistique que j’évoquais plus haut. Et ces multiples expériences à Mons ont redoublé mon envie de rassembler les publics pour diriger un choeur de voix parlées.

Transcultures : Peux-tu m’en dire plus sur ton travail actuel à Lisbonne et sur tes prochains projets ?

Margarida Guia : Je suis donc en ce moment à “Casa da Achada / Centro Mario Dionisio”, pour mettre en scène un choeur de voix parlées avec des habitants d’un quartier à Lisbonne. Je donne des ateliers dans différentes structures notamment des “centres de jours” où se réunissent des personnes qui ont entre 70 et 90 ans, certaines d’entre elles poursuivent ces rencontres en rejoignant le choeur. Grâce aux enregistrements que je fais au cours de ces ateliers, les voix de ceux qui ont des capacités physiques réduites seront intégrées dans une pièce sonore destinée à la présentation publique le 1er octobre au Teatro Sao Luiz à Lisbonne. Cette pièce est intégrée dans un cycle « Palavras que o vento nao levarà » (« Paroles que le vent n’emportera pas ») proposé par la “Casa da Achada”. Les œuvres qui me portent et m’inspirent sont multiples, mais c’est avant tout l’humain qui est ma référence artistique, dans l’ici et maintenant, c’est sa capacité, son potentiel d’expression.En octobre,  je pars enregistrer à Carcassonne invitée par Thierry Gourmelen de « La Galerie chorégraphique » en vue d’une installation sonore au milieu des quartiers de la ville dans le cadre du festival Femmes en Jeu(x) en mars 2014. En novembre, ce sera la reprise de « Alger Terminal 2 » de Rachid Akbal à Marseille, pièce mise en scène par Julien Bouffier pour laquelle je suis interprète et créatrice sonore. Une pièce sonore « Speach Less » réalisée avec l’écrivain et la créatrice sonore Sophie Couronne vient d’être envoyée à plusieurs radios. Il y a des projets et des collaborations qui vont se poursuivre et évoluer comme c’est le cas avec les musiciens Serge Teyssot Gay, Akosh S., Gauthier Keyearts, la créatrice lumière Sylvie Mélis, les écrivains Caroline Lamarche, Sophie Couronne, les cinéastes Régine Abadia, Paulo Menezes…

Enfin, je vais surtout consacrer un temps à mon projet radiophonique « Dialogue avec l’Inaudible » qui a reçu le soutien de « Brouillon d’un rêve sonore » de la Scam.

Propos receuillis par Jacques Urbanska pour City Sonic 2013

Posté le août 16th, 2013 par transcultures.

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

social network social network social network social network social network social network