Sonic Lab – Des studios à la scène

soniclab

Cette deuxième édition de Sonic Lab présente au public des formes courtes et variées illustrant les recherches et travaux en studio et permet en direct la discussion avec les artistes. Vers la musique… vers les musiques et leurs hybridations ! Car elles reflètent le monde d’aujourd’hui, ses désirs et ses contradictions, sa violence comme son besoin d’apaisement, grâce à des artistes de formation et d’esthétique différentes, ouverts à la collaboration transfrontalière d’ESH (Espaces Sons Hainauts). Instruments augmentés, diffusion sur haut-parleurs, interaction avec la danse : la musique en lien avec l’électronique représente les actions communes d’Art Zoyd, Musiques Nouvelles et Transcultures au cœur de City Sonic. » – Gérard Hourbette (Art Zoyd)

 

  • Alexander Schubert (Al) en collaboration avec Jonathan Shapiro (Al) : Sweet Anticipation (création)

Pour expliquer le titre de sa pièce, Alexander Schubert évoque l’essai du musicologue américain David Huron auquel il l’a emprunté. Comment les attentes de l’auditeur, l’anticipation et les effets de surprise peuvent-ils jouer sur l’harmonie et le rythme ? Inversement, peut-on tromper la perception, la dérouter, la satisfaire ou la surprendre ? Quand certains sons semblent liés à certains gestes, peut-on défier les lois de la physique ? Entre l’interprète en direct et sa projection vidéo en temps réel, se créent des liens visuels et sonores où s’invente le virtuel, au cœur d’une performance intense et immédiate.

 

  • Laurent Mariusse (Fr) : Gankagu ou « Le Héron sur le Rocher » (création)

Le lien entre le karaté et la musique se situe pour Laurent Mariusse à plusieurs niveaux : le geste, le son, l’apprentissage d’un Kata (combat virtuel) comme on apprend une partition, la respiration, la précision. Toutes ces qualités, aptitudes doivent être développées par le Karatéka comme par le musicien. « GANKAKU pour cinq peaux, cinq wood-blocks, une grosse caisse à pédale et un métal », est une composition dans laquelle il a recherché le point d’équilibre. Il transcrit en musique l’équilibre et le vol de cet oiseau. Le héron ressemble étrangement au Concorde une fois en vol. Comme tous les animaux, c’est un prédateur à l’affût de toutes les proies, capable de réagir très vite. Cette composition met en lien l’animal, le kata, et l’homme.

 

  • Iannis Xenakis (Fr) : Rebonds B (reprise de Laurent Mariusse)

S’il est un domaine dans lequel l’imagination créatrice de Iannis Xenakis (1922-2001) s’est amplement développée, c’est bien celui de la percussion. « Rebonds » est construit en deux grandes sections A et B, dont l’ordre de jeu n’est pas fixé. Elles font appel à un instrumentarium légèrement différent : la première n’utilise que les peaux, alors que la seconde introduit en plus les cinq wood-blocks. Contrairement aux autres œuvres de ce programme, « Rebonds B » fait partie d’un groupe d’œuvres (Pléiades, Idmen B), où s’affirme une plus grande régularité rythmique. La partie A évolue dans une structure musicale irrégulière, pour aboutir à une sorte de mouvement perpétuel. La partie B, quant à elle, est caractérisée par un rythme de bongo régulier que vient briser la grosse caisse par des accents décalés, les cinq wood-blocks interrompant plusieurs fois le discours dans un tempo plus rapide. L’écriture que Xenakis fait subir à la percussion ne cherche pas de solutions dans les résonances, elle se limite volontairement à l’impact. Comme chez Varèse, le grand précurseur en la matière, l’emploi des percussions est un des multiples moyens qu’utilise Xenaxis pour sortir des sentiers battus des hauteurs de sons traditionnels.

 

  • A.lter S.essio (Fr) : EXTension(-) (création)

EXTension(-), dont le sous-titre pourrait être « le dernier chemin », est le récit inversé d’une extraction du corps à la matière, de son aliénation, de son ensevelissement. C’est une mort à rebours. Un retour sur la vie sans pour autant être une naissance. Une avancée à reculons. Un cheminement vers la libération dans une redéfinition du temps et de l’espace sacrés que traversent des figures féminines ambivalentes. C’est peut-être une tentative d’organisation du chaos vers un continuum de l’apaisement et du détachement. Cette performance fusionne le corps, l’image et le son dans une ambiance qui évolue du bruit à l’harmonie.

 

  • Jean-Paul Dessy (Be) en collaboration avec Jarek Frankowski  (Be) : Sketches PL pour électronique et violoncelle (création)

Deux défis sont à l’origine de ce projet énigmatique : une atmosphère polonaise à partir de quelques thèmes écrits et proposés par Jarek Frankowski et une étrange rencontre entre classique et contemporain. Le violoncelle de Jean-Paul Dessy pénètre dans l’univers électroacoustique de Jarek Frankowski, ingénieur du son né en Pologne, pour un duo par-delà les repères acoustiques, géographiques et temporels. Les racines de ces musiciens compositeurs sont mouvantes et sonores. A leurs explorations créatives s’ajoute celle de leurs instruments : la sonorité pure et parfaite du violoncelle, la puissance protéiforme et l’extrême précision spectrale de l’électronique live. C’est un film sans image, une musique animée comme un invisible dessin, un voyage sonore où vibre notre mémoire historique… Souvenirs mélodiques et fragilités harmoniques reviennent par bribes, comme les ombres d’un passé déchiré. Un ciel de guerre écrasant, un violoncelle seul, les harmoniques de cloches lointaines, un arbre au milieu d’un pré, la traversée d’un monde en lambeaux vers l’intensité du chant. Le monde se dévoile à travers les sons. Entre la simplicité du violoncelle et la complexité des transformations électroniques, spectrales et polyrythmiques se devine peut-être notre condition contemporaine : un défi à l’humain. Car notre quête est immémoriale, entre permanence et métamorphose.

 

Coproduction Sonic lab : Le manège.mons/Musiques Nouvelles, Transcultures, Art Zoyd, en collaboration avec Numédiart, dans le cadre du programme européen ESH-Interreg IV France-Wallonie-Vlaanderen. Avec l’aide de la Région Nord-Pas de Calais, de la DRAC Nord-Pas de Calais, du département du Nord, de Valenciennes Métropole et de la Ville de Valenciennes.

Adresse: Rue des Arbalestriers 8, 7000 Mons, Belgique

Artistes à cet événement

Alexander Schubert

Alexander Schubert

Alexander Schubert a étudié la bio-informatique à Leipzig et la composition multimédia à Hambourg. Pendant ses études, il a travaillé comme musicien et compositeur dans différents ...
Lire la suite »

A.lter S.essio

A.lter S.essio

A.lter S.essio, dont l’association Panem Et Circenses assure la production et la gestion administrative, est une section initiée par Fabrice Planquette sur la base de collaborations artistiques ...
Lire la suite »

Iannis Xenakis

Iannis Xenakis

Iannis Xenakis (1921-2001) est né à Braïla (Roumanie), au sein d’une famille grecque. Il passe sa jeunesse à Athènes, où il achève des études d’ingénieur civil et s’engage d’abord ...
Lire la suite »

Jarek Frankowski

Jarek Frankowski

Après son éducation musicale et quatre ans d’études d’architecture en Pologne, Jarek Frankowski quitte son pays en 1981 et poursuit ses études de musique au Conservatoire Royal de Bruxelles ...
Lire la suite »

Jean-Paul Dessy

Jean-Paul Dessy

Compositeur, violoncelliste, chef et directeur artistique de l’ensemble Musiques Nouvelles, Jean-Paul Dessy inscrit sa recherche musicale dans le champ du sacré : le concert comme liturgie, la ...
Lire la suite »

Laurent Mariusse

Laurent Mariusse

Laurent Mariusse (France) débute ses études musicales par le tambour. Après un passage au Conservatoire de Villeurbanne, il intègre le CNSM de Lyon, où il obtient son diplôme en 1998, avec une ...
Lire la suite »

Commentaires

Les commentaires sont fermés.

social network social network social network social network social network social network