Editorial City Sonic 2014

Accompagner, connecter, faire vibrer les altérités

Pour sa douzième édition, City Sonic est entièrement composé des créations résultant de résidences menées à Mons ou de workshops proposés à nos partenaires. Grâce au projet nomade européen Park in progress, accueilli pour la deuxième année consécutive sur le site des anciens abattoirs à Mons, une vingtaine de jeunes artistes internationaux composeront, en ouverture du festival, une  Nuit européenne de la jeune création  qui est, en soi, un événement-parcours in situ. Performances, installations, projections, concerts inclassables… les collaborations interdisciplinaires et joyeusement indisciplinaires sont là aussi encouragées mais ici à Mons, c’est toujours le son qui fait lien et sens.

Nous continuons également à développer avec nos partenaires valenciennois d’Art Zoyd et du Phénix, la plate-forme pour les musiques innovantes Espace(s) Son(s) Hainaut(s) avec trois lauréats belge et français d’un appel à projet, qui ont bénéficié cet été de résidences transfrontalières pour nous livrer des installations audio-plastiques dans l’Espace des possibles, du site des anciens arbalestriers. On peut aussi y découvrir le travail d’étudiants montois de Arts2 ainsi que leurs collègues bruxelles de l’Ecole Supérieure des Arts de Saint-Luc, résultant de workshops donnés, pendant l’année, par des coordinateurs dédiés.

En ponctuation de la ballade d’écoute qui relie le site des arbalestriers à celui des anciens abattoirs en passant par la médiathèque (également partenaire pédagogique à l’année), des événements « made in City Sonic » : la Sonic Garden Party (concerts solo ou duo dans de jolis jardins privés du quartier du Beffroi), les Partages d’écoute (playlists commentées et réflexions sur des enjeux musicaux contemporains à la Médiathèque), l’après-midi Sonic Kids (initiation des jeunes publics aux pratiques sonores ludiques) ainsi que des performances coup de cœur (tel C2M1, réflexion pleine d’humour sur l’évolution des langages médiatiques).

Cette année, l’événement de clôture du festival (le samedi 27 septembre) est concomitant à l’ouverture de la Quinzaine numérique (qui se déploie jusqu’au 19 octobre), initiative du Ministère de la Culture qui donne une visibilité renforcée aux différents croisements entre arts et technologies en Fédération Wallonie-Bruxelles. Nous avons désiré nous inscrire dans cette dynamique ainsi que celle de la « Coupole numérique » (regroupant les principaux acteurs, publics et privés, de l’innovation numérique en région montoise) initiée par Mons2015 avec une manifestation Vice Versa 1.0sur le lien entre recherche à la création numérique,à déclinaison multiple (expositions, performances, présentations, projections, applications, conférences, workshops…) qui sera principalement accueillie au Carré des Arts (en partenariat avec Arts2) et au Frigo en partenariat avec l’Institut de recherche numediart qui a soutenu avec Transcultures la majorité des œuvres présentées dans ce cadre éminemment prospectif.

Plus que jamais la création s’affirme à City Sonic 2015-1 comme une aventure avec dose de risque, d’électricité et d’enchantement. Elle nous fait vibrer en ces temps de déflation des horizons, dans lesquels la part artistique – jugée « résiduelle » ou purement « événementielle » pour certains – nous apparaît comme de plus en plus essentielle, y compris dans ses propres interrogations et mutations.

City Sonic, « manifestason » intempestive et conviviale, constitue un précieux espace de liberté et de résistance poétique qui accueille tous les publics curieux d’altérité.

Merci de contribuer à le défendre en y participant nombreux, les oreilles grandes ouvertes, chaque année.

Philippe Franck & Jean-Paul Dessy
pour Transcultures & le manège.mons

Cet article est également disponible en : Anglais (English)