HyDe SensorSound – Chloé Ghesquier & Jean Baptiste Barra (interview)

HyDe SensorSound – Chloé Ghesquier & Jean Baptiste Barra (interview)
23 septembre 2015 Jacques_CS2015

Tous deux étudiants au sein de l’École Supérieure d’Art et de Design à Valenciennes, Chloé Ghesquier et Jean Baptiste Barra portent un intérêt particulier au son, et apprécient de travailler sur le rapport son, architecture et espace.

Le duo a été sélectionné pour les workshops Emergences numériques et sonores initiés par Transcultures, coordonnés par l’artiste montois Stéphane Kozik (souvent invité dans City Sonic) à l’Ecole des Arts Visuels de Mons Arts2 et qui leur permettra de montrer HyDe SensorSound, installation immersive basée sur la perception du public. Ils nous présentent cette installation lors de cette édition 2015 de City Sonic.

HyDe SensorSound est à voir dans l’exposition City Sonic jusqu’au 27 septembre 2015…

Interview

Vous venez tous les deux de formations différentes, qu’est ce qui vous a donné envie de travailler ensemble ? En quoi vos deux formations, Design d’espace pour toi Chloé, et Art pour toi Jean-Baptiste, se complètent-elles ?

Chloé Ghesquier : Le projet a été discuté et développé ensemble sur une idée de Jean-Baptiste et comme nous venions de la même école, cela a facilité la création de notre binôme.

Je pense que le travail de Jean-Baptiste en art se situe dans l’idée et l’expérimentation, alors que pour ma part le mien est plus dans la technique et la finition. Nous sommes complémentaires.

En quoi consiste votre démarche artistique et comment envisagez-vous le travail du son ?

Chloé Ghesquier : Je perçois le travail du son comme une expérimentation sensible, une sorte d’univers à part entière qui nous interpelle à travers l’un de nos sens utile au quotidien.

Jean Baptiste Barra : Ayant une démarche artistique s’articulant autour du perceptif, du sensoriel, le travail sonore entrepris depuis plusieurs années rejoint les fondements sur lesquels je m’attarde (l’ambiant, la vibration sous toutes ses formes, le langage sériel). Percevant aujourd’hui le travail du son comme une expérimentation continue et inépuisable, c’est un médium ayant toujours eu ce rapport si particulier et en lien étroit avec l’Homme.

Du son viennent s’intégrer divers travaux plastique, photographique ou encore numérique, faits sur le bruit, le son comme texture, la partition, la vibration interne/externe, le morphodynamisme… souvent en lien avec le son.

Quels sont les artistes et démarches qui vous inspirent dans les arts sonores ?

Jean Baptiste Barra : De nombreux artistes influencent, inspirent mes différents travaux sonores pouvant émerger, il en est des artistes provenant de l’art numérique comme Ryoji Ikeda ou encore Carsten Nicolai- ainsi que Richard D. James (aka Aphex Twin) sur ses Selected Ambient Work Vol. II, ou encore Boards of Canada, Brian Eno, de part leurs démarches avant-gardiste et d’exploration faite sur l’ambiant.

En parallèle à cette approche, il y a tous ces compositeurs, Terry Riley, Philip Glass, Steve Reich et leurs travaux réalisés sur la notion de musique répétitive.

Ryoji Ikeda The Transfinite

Nicolai Carsten Unicolor

Et pour conclure, c’est l’oeuvre entière de John Cage qui me fait susciter beaucoup d’interrogation sur la musique, le bruit, la composition ainsi que mon rapport à l’environnement, à l’ambiant.

4’33 composé par John Cage, performance par William Marx

Quel est la place du spectateur dans Hyde Sensorsound ?

Chloé Ghesquier : Le projet veut mettre le public au centre du processus perceptif et sensitif. Cela permet une forme d’expérience et d’immersion laissant un vécu au public, et par conséquent plus de richesse.

Jean-Baptiste, vous semblez passionnés par les sciences, pensez-vous que c’est un moteur de création artistique ? Art et science sont-ils homogènes ?

Jean Baptiste Barra : Disons que oui, les sciences avec tous ses sous domaines me passionnent. Physique, chimie, biologie, géométrie, le cosmos, l’optique… sont effectivement des moteurs certains pour la création artistique. Les sciences et donc plus largement la nature, son langage, sa beauté mais aussi sa violence, qui mettent en évidence tout un monde que nous appréhendons par rapport aux capacités cognitives dont nous disposons. C’est en cela que les sciences attisent une certaine curiosité et un intérêt scientifique et parfois spirituel. Art et science me semblent très homogènes, pouvant aussi être intimement liés.

Chloé, comment passe-t-on du domaine du design d’espace au domaine du son et de l’art numérique ? Qu’est-ce-qui a motivé ce tournant, comment cela s’est-il mit en place ?

Chloé Ghesquier : J’ai commencé à m’intéresser à ce domaine au travers de mon projet personnel de DNAP (Diplôme national d’arts plastiques), qui consistait à appréhender le son dans un espace public. En en discutant avec mes professeurs d’arts audiovisuels c’est apparu comme quelque chose d’incontournable et essentiel. Cela m’a motivé à acquérir et compléter mes connaissances dans le domaine des arts sonores et numériques.

Comment avez-vous vécu les workshops et rencontres de ces Emergences numériques et sonores initiés par transcultures ? 

Chloé Ghesquier & Jean Baptiste Barra : Les rencontres ainsi que les workshops ont été enrichissants, autant pour le partage et l’exposition d’idées, que l’acquisition de compétences, ainsi que la rencontre de personnalités multiples qui partagent une affection pour le domaines des arts sonores et numériques.

Cette programmation au festival international City Sonic est une opportunité de partager nos idées et nos travaux, ainsi que de rencontrer des artistes confirmés dans le domaine, de se confronter aux courants et réflexions artistiques actuels.

Eloïse Bouteiller
Transcultures 09-2015